University of Georgia
Parfois, il arrive de découvrir plus que des champignons lors d’une balade en forêt. C’est le cas d’un foreur forestier au Minnesota, qui a fait une découverte surprenante : un jeune cerf à deux têtes, décédé.

« C’est incroyable et extrêmement rare », explique l’écologiste spécialisé en cerfs Gino D’Angelo de l’Université de Géorgie, anciennement du ministère des Ressources naturelles du Minnesota, qui a étudié la petite carcasse. « Nous ne pouvons même pas estimer la rareté de ceci. Parmi les dizaines de millions de faons nés chaque année aux Etats-Unis, il y a probablement des anomalies qui se produisent dans la nature et que nous ne connaissons même pas », ajoute-t-il.

Ces faons se sont révélés être des jumeaux siamois : les premiers recensés de leur espèce ayant été menés à terme et étant nés. Tous les autres exemples de tels jumeaux ont seulement été vus in utero.

Les jumeaux siamois sont plus fréquents chez les animaux d’élevage ou domestiques, tels que les moutons, les vaches, et même les chatons, mais se produisent rarement chez les animaux sauvages. Sur seulement 19 cas de jumeaux siamois recensés dans la faune par des scientifiques entre 1671 et 2006, seulement 5 d’entre eux ont été des cerfs. Chez le cerf de Virginie, seulement deux autres cas de jumeaux siamois ont été rapportés. Les causes exactes des jumeaux siamois restent inconnues.

Les faons des cerfs de Virginie ont été découverts il y a deux ans, en mai 2016, dans la forêt du sud-est du Minnesota : propres, secs et récemment décédés. Le cadavre de l’animal a été envoyé au ministère des Ressources naturelles du Minnesota, et a été congelé jusqu’à ce qu’il puisse être étudié en détail.

faon deux tetes squelette organes jumeaux siamois
L’équipe de recherche a effectué une nécropsie complète, une IRM et une tomodensitométrie du corps au Laboratoire de diagnostic vétérinaire de l’Université du Minnesota. Crédits : D’Angelo et al./The American Midland Naturalist

Ils ont constaté que les faons femelles avaient un seul corps, mais la colonne vertébrale divergeait en deux colonnes distinctes au niveau du thorax, de sorte qu’il y avait deux têtes séparées et distinctes. Les poumons, lorsqu’ils ont été placés dans de l’eau, ont directement coulé vers le bas : cela confirme qu’ils n’avaient jamais respiré d’air, et étaient morts-nés.

De plus, leur anatomie a démontré que, malheureusement, ils n’auraient dans tous les cas pas pu survivre : il y avait deux tractus gastro-intestinaux séparés, bien qu’un seul était entièrement connecté jusqu’à l’anus. Ils avaient aussi deux cœurs séparés à l’intérieur d’un sac péricardique partagé, et des rates supplémentaires. Cependant, ils ne partageaient qu’un seul foie, et ce dernier était malformé. « Leur anatomie indique que les faons n’auraient jamais été viables », a déclaré D’Angelo. « Pourtant, ils ont été découverts toilettés et dans une position naturelle, ce qui suggère que la biche a essayé de prendre soin d’eux après l’accouchement. L’instinct maternel est très fort », a-t-il ajouté.

L’animal sera exposé au siège social du ministère des ressources naturelles du Minnesota à St. Paul (USA).

Sources : Trust My Science / The American Midland Naturalist / University of Georgia

Continuer votre lecture

Suivant ➜

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires